La reine a la garde des enfants royaux, mais elle n'a pas le gouvernement du royaume. Il succède à son père et est sacré roi de France le 4 novembre 1380, dans la cathédrale de Reims. En fin de compte et après de longues négociations, les libertés et franchises municipales sont rétablies contre la soumission au roi et seule persiste l'amende. Il permit aussi à la ville de porter ses armoiries avec son cri de guerre : « Moult me tarde »[26]. À la mort de Louis de Male en janvier 1384, Philippe le Hardi prend en charge les cérémonies qu'il veut fastueuses pour bien marquer la succession[39]. La foule des Parisiens se presse pour rendre un dernier hommage au souverain, qui, en dépit de sa folie et de tous les malheurs qui ont marqué son règne, est resté pour son peuple Charles le Bien Aîmé. Fils du roi Charles V et de Jeanne de Bourbon, il est le quatrième roi de la branche dite de Valois de la dynastie capétienne. Charles III de Habsbourg, en allemand Karl von Habsburg (né le 1 er octobre 1685 à Vienne – mort le 20 octobre 1740 dans la même ville), est empereur du Saint-Empire romain germanique sous le nom de Charles VI et roi de Hongrie sous le nom de Charles III (1711 – 1740). Pendant la minorité du jeune roi, ses oncles Jean de Berry et Philippe II de Bourgogne assurent la régence du royaume avec Jehan Pastoret en tant qu'avocat royal et président du Parlement de Paris. Charles VI meurt le 21 octobre 1422 en l'hôtel Saint-Pol à Paris, après plus de 40 ans de règne, à l'âge de 53 ans. Le 17 juillet 1385, dans la cathédrale Notre-Dame d'Amiens, Charles est marié à Isabeau de Bavière, âgée d'une quinzaine d'années, fille d’Étienne III, duc de Bavière-Ingolstadt, et de Thadea Visconti. Voyant que le pays se dérobe, il se retourne et rencontre l'ost royal à Roosebeke le 27 novembre 1382. Charles VI souffrit d'une indigestion après avoir mangé un plat de champignons sautés, ce désagrément mua en une maladie qui provoqua, dix jours plus tard, la mort du souverain. Charles VI régnait depuis la mort de son père, Charles V, survenue en 1380. Toutefois, prenant le prétexte d'une tentative d'empoisonnement perpétrée par les hommes du roi de Navarre, Charles VI confisqua définitivement ces terres le 20 mars 1385[44]. De son œuvre, les parties s’étendant de la mort de Charlemagne à celle de saint Louis ainsi que la Chronique de Charles VI sont bien conservées. Sa lucidité revient après deux jours, mais ce n'est qu'un début, ces accès de folie intermittents assombrissent son règne. La branche espagnole des Habsbourg s'était éteinte en 1700 en la personne de Charles II. Empereur germanique (1745-1765) né le 8 décembre 1708 à Nancy (duché de Lorraine), mort le 18 août 1765 à Innsbruck (Autriche). Du fait de leurs alliances anglaises, les Flamands sont suspects de passer sous l’obédience du pape Urbain VI d'autant que Louis de Male reconnaît le pape romain. Rongé par des années de maladie mentale. Cette situation hâta la conclusion de la paix. Il faut bien noter qu'il ne s'agit pas pour Charles uniquement d'un mariage politique ; le jeune roi est grand lecteur de littérature courtoise[49] et surtout il avait fait savoir que le mariage ne se ferait que si l'élue lui plaisait[50]. Le but est d'écraser Artevelde en bataille rangée pour rétablir l'autorité royale. Devant l'incapacité du roi à gouverner, ses oncles reprennent leur régence. Philippe fait donc battre des nobles flamands contenant très légèrement moins d'or que la monnaie anglaise. ». Les émeutiers armés de maillets de plomb s'en prennent aux fermiers généraux et quadrillent la ville. Josset de La Halle, le mayeur (maire) de la ville la fit placer au-dessus d'une tourelle de l'église Notre-Dame de Dijon[27], place qu'elle occupe encore de nos jours. Il fut également prétendant au trône du royaume d'Espagne (1703-1714), roi de Sardaigne (1713-1720), roi de Naples (1714-1738), roi de Sicile (1720-1735), duc de … Le duc de Bourgogne a tout intérêt à décapiter ce foyer de résistance aux Pays-Bas et il obtient, non sans mal, que le conseil royal décide l’invasion du duché de Gueldre[55]. Selon Froissart, le 5 août de la même année, au sortir d'une forêt au sud de la ville du Mans, alors que le soleil écrasant et la fatigue de l'étape plongent l'escorte dans la somnolence, un page s'endort et laisse tomber sa lance sur le casque d'un second. Nous sommes aux XIVe et XVe siècles.. Charles VI est né le 3 décembre 1368 à Paris et est décédé le 21 octobre 1422 à Paris : il a vécu 53 ans.. Il est le fils de Charles V et de Jeanne de Bourbon.Il appartient la dynastie des Valois.. Il devient roi à la mort de son père Charles V le 16 septembre 1380 : il a alors 11 ans. Les rois de France ont aussi su élargir l'influence culturelle du Royaume en attirant à leur cour la noblesse de ces régions, lui allouant des rentes et se livrant à une habile politique matrimoniale. Il se marie à Amiens avec Isabeau de Bavière le 17 juillet 1385[74]. Le peuple comprend la nécessité de l'impôt quand ceux-ci sont au départ justifiés par l'état de guerre en vertu d'une négociation avec les états généraux. Le duc d'Orléans s'enfuit. Il ne désirait pas qu'à son décès ses États patrimoniaux fussent démembrés au profit des maris de ses nièces, l'électeur de Bavière et l'électeur de Saxe, mais qu'ils restent au sein de la maison de Habsbourg. Il était comme ses pairs passionné par la chasse, sport aristocratique par excellence, auquel participait son gendre le grand-duc de Toscane François-Étienne de Lorraine. L'empereur Léopold Ier mourut en 1705 et son successeur, l'empereur Joseph Ier du Saint-Empire, frère aîné de Charles, avait deux filles (son seul garçon, Léopold Joseph, mourut à l'âge de six mois) et ne semblait pas devoir avoir d'autres enfants. La trêve, conclue à Leulinghen en janvier 1384 pour une durée de quinze mois, empêche la reprise immédiate des hostilités avec ces derniers mais ceux-ci reçoivent du soutien de l'Angleterre. Olivier de Clisson, connétable de France, est l’un des plus fidèles serviteur du roi de France et de l’État. Louis, de par son degré d'aînesse, a la présidence, Philippe le Hardi est occupé par les affaires de Flandre, Jean de Berry doit gérer son immense apanage qui représente le tiers du Royaume[4]. Ils reprennent les hostilités dès la fin de la trêve de Leulinghem en mai 1385. La teneur exacte des débats n'est pas connue, mais, le 16 novembre, le conseil du roi mené par Louis d'Anjou doit publier une ordonnance abolissant tous les impôts créés depuis Philippe IV le Bel[7]. Il reçoit donc des envoyés flamands avec lesquels il conclut le traité de Tournai le 18 décembre 1385 qui rétablit la paix dans le comté de Flandre. Une trêve est vite obtenue et l'évêque de Norwich regagne piteusement l'Angleterre avec ses troupes (croisade d'Henri le Despenser)[38]. Celle-ci est veuve depuis 1383 et l'héritier du duché n'est autre que Philippe le Hardi (il est le mari de la nièce de la duchesse). 21 octobre 1422 : mort du roi de France Charles VI. Le duc Philippe de Bourgogne mène les négociations au nom du Conseil du roi. Le règne de Charles devient alors une alternance de périodes de folie et de rémission durant lesquelles il s'efforce de gouverner[64]. En 1393, à l'occasion du mariage de son amie Catherine l'Allemande, la reine Isabeau de Bavière, épouse de Charles VI, ordonne un bal masqué pour distraire le roi. La progression est fortement ralentie par les rivières en crue et l’hiver arrivant, le duc de Gueldre peut se soumettre au roi de France à des conditions honorables le 13 octobre 1388 à Corenzich. Né à Paris en 1368, Charles dit le bien-aimé est sacré roi de France dans la cathédrale de Reims le 4 novembre 1380. Il fait financer son expédition dans le royaume de Naples par la couronne (60 000 francs sur les aides et 50 000 en faisant fondre la vaisselle royale)[10]. Les tentatives d'alliance anglo-flamandes, même si elles ont été infructueuses, fournissent un prétexte, même si beaucoup n'y voient qu'une manœuvre du duc de Bourgogne pour reprendre en main son futur héritage. En dernier lieu, la France, ennemi héréditaire, acceptait enfin de garantir la Pragmatique Sanction, victoire diplomatique et morale (mais illusoire) de l'empereur vieillissant. Ce sont les frères mineurs qui se chargent de relayer la campagne sur le terrain : ils flattent l'orgueil national naissant et les Anglais achètent massivement des indulgences pour financer la croisade[35]. Charles fut couronné roi d'Espagne à Vienne en 1703, et se rendit dans ce royaume en 1704. Peu avant la signature du traité de paix mourut le vieux prince Eugène de Savoie, un des plus grands généraux de son temps et principal conseiller de l'empereur. Dans ce contexte de révolte antifiscale généralisée, la Flandre pose un problème aigu : Louis de Male, comte de Flandre, est en butte à la révolte des tisserands gantois (révolte des Chaperons blancs) depuis 1379. Au vu de ce succès, le conseil du roi se rend compte des méfaits du franc fort et de la raréfaction de la monnaie sur la circulation des marchandises. L'encadrement bourgeois de la ville est remplacé par des institutions dépendant directement du monarque[29]. Ses frères et cousins le poussent à faire reconnaître la majorité du roi dès le 2 octobre[3]. Avant de regagner Paris, Charles VI tient à montrer sa détermination d'en finir avec la révolte flamande. Il perdit Naples et la Sicile au terme de la guerre de Succession de Pologne et combattit les Turcs sans succès. Seul le roi est à cheval, il entre en ville avec son armée en piétinant les vantaux de la porte Saint-Denis. C'est une armée à la hauteur de l'enjeu qui se met en marche derrière le jeune Charles VI : elle compte au moins 20 000 hommes[21]. Il s'empare de la Normandie, puis, s'alliant par le traité de Troyes (1420) avec le jeune duc de Bourgogne, Philippe le Bon, qui avait à venger le meurtre de son père et avec la reine Isabeau elle-même, il se fait couronner roi de France (1421), après avoir épousé Catherine, fille de Charles VI. Henri Despenser débarque à Calais au mois de mai 1383 à la tête de 3 000 hommes[37]. Mais une nouvelle fois, les Français ne marchent pas sur Gand[38]. C'est à cette époque qu'il crée la première école de génie militaire de Vienne, l'Académie impériale des techniques militaires. Le simple cantonnement d'une armée en ville constitue déjà en soi une lourde punition, puisqu'elle se paye en rançonnant les habitants. En prenant possession du comté de Flandre, en janvier 1384, Philippe le Hardi sait que pour être accepté par les Flamands, il doit leur rendre leur prospérité économique. L'Occident est déchiré par le Grand Schisme, du fait de leurs alliances anglaises, les Flamands sont suspects de passer sous l’obédience du pape Urbain VI et Clément VII soutient l'expédition française, ce qui permet d'en faire une croisade[20]. Devant l'incapacité du roi à gouverner, les oncles reprennent leur régence. Il se fait alors transporter dans un char rempli de coussins tiré par des bœufs. dans ID., Un roi et son historien. Contemporaries said Charles appeared to be in a "fever" to begin the campaign and appeared disconnected in his speech. Sur instruction de Philippe le Hardi, l’armée française doit retraverser les forêts des Ardennes, où elle subit des embuscades de compagnies allemandes frustrées de la bataille dont elles attendaient profit. Le 28 octobre 1388, au retour de l’expédition désastreuse contre le duc de Gueldre qu’il a commandée, secondé par les ducs de Bourgogne, de Berry, de Bourbon et de Touraine, le roi fait son entrée à Reims à la tête de son armée. La reine est décédée avant Charles V. Théoriquement la régence aurait dû échoir à Louis d'Anjou et la garde des enfants à Philippe de Bourgogne. Ce type de protocole est reproduit dans les grandes villes de langue d'oïl par des généraux-réformateurs envoyés par le Conseil du roi. Le 5 août 1392, Charles VI (24 ans) traverse la forêt du Mans à la tête de ses troupes. La mort de l'empereur sans descendance mâle excita les appétits de ses voisins et alliés et déclencha la guerre de Succession d'Autriche. Parallèlement, les Anglais sont peu actifs diplomatiquement, Richard II et son entourage étant plutôt enclins à rechercher la paix avec la France que de remettre le pied dans le bourbier flamand. Cette ordonnance met fin au conflit et au complot monté par la Reine Isabeau. Pour cela, il noue d’étroites alliances avec le roi d’Angleterre et envoie un défi injurieux au roi de France, qui plus est, est en latin. Cette situation malsaine va perdurer jusqu'à la mort de Charles VI, le 21 octobre 1422, après un règne exceptionnellement long de 42 ans et particulièrement tourmenté. Il attaque sa propre troupe et tue quatre personnes avant d'être maîtrisé. Le contrôle de Bruges est un enjeu économique majeur pour les deux papes, car le produit de la fiscalité pontificale en Europe du Nord y transite[34]. 30 Nov. mort de charles vi. Le Grand Schisme qui déchire l'Occident depuis 1378 a aggravé la situation financière de l'Église déjà mauvaise sous les papes d'Avignon : il y a deux Saints-Sièges, avec deux administrations pontificales[33]. Les oncles ont la direction du Conseil pour lequel ils choisissent ensemble douze membres. La foule y écoute un discours de Pierre d'Orgemont qui détaille en quoi la ville est fautive, puis demande au roi le pardon pour la ville alors que la foule à genoux implore miséricorde. La révolte de la Harelle à Rouen débute le 27 février, le même jour Caen se soulève, puis Falaise, Orléans, Reims, Amiens, Laon… La révolte des Maillotins éclate à Paris le 1er mars[12]. Mort de Charles VIII dont la tête heurte un linteau le samedi 7 avril 1498. Vaincu à Bruges le 3 mai 1382 par les Gantois emmenés par Philippe van Artevelde, Louis de Male doit se réfugier à Lille. Selon le traité de Troyes, son successeur devait être Henri VI d'Angleterre, fils d'Henri V, mais de nombreux sujets français estiment le traité invalide, arguant que le roi l'avait signé sous l'empire de la folie. Il a laissé des Commentaires sur sa propre vie, qui ont été publiés à Bruxelles en 1862. La troupe investit et occupe la ville qui est donc sous la menace d'un pillage si le roi le souhaite[28]. Le roi envoie par exemple le bailli de Mâcon, qui intervient à Lyon pour régler des différends, comme le sénéchal de Beaucaire intervient à Viviers ou à Valence[47]. Mais le royaume d'Angleterre, est en proie à de graves troubles intérieurs et ne lui apporte qu'un soutien symbolique. Enfin, le roi consent à pardonner, ce qui se fait le dimanche 1er mars 1383 au cours d'une cérémonie grandiose. La garnison de Bourbourg capitule après une contre-attaque ratée. Mais l'armée française est rompue à ce type de tactique et combat pied à terre, ne gardant qu'une cavalerie modeste placée sur les ailes. La guerre de Cent Ans continue sous son règne. Philippe sait que son intérêt converge avec celui des bourgeois flamands. Charles VI (3 December 1368 – 21 October 1422), called the Beloved (French: le Bien-Aimé) and later the Mad (French: le Fol or le Fou), was King of France for 42 years, from 1380 until his death in 1422. Or les Anglais repoussés du royaume de France par Charles V et en proie à de graves troubles internes ne sont pas en état de continuer le conflit. Preuve de la popularité du connétable en Bretagne, le duché est à deux doigts de se soulever à la nouvelle de son enlèvement. Voltaire nota : « Ce plat de champignons changea la destinée de l’Europe. Même si la majorité fixée par Charles V est de quatorze ans pour le roi, l’usage de l’époque est de considérer que vingt ans (Charles VI les aura le 4 décembre 1388) est l'âge requis pour qu'un jeune noble soit apte à gouverner ou qu'un jeune bourgeois soit apte à gérer ses affaires[59]. La volonté d'apaisement de Philippe le Hardi est évidente dans ce texte où il va plus loin que les demandes des Gantois : il leur accorde son pardon (même à tous ceux qui en Flandre ont été bannis, à condition qu'à leur retour ils jurent de respecter les clauses du traité), il confirme tous leurs privilèges en échange de leur soumission et de leur engagement à être « de bons, loyaux et vrais sujets »[41]. Mais, à sa mort en 1380, son fils Charles VI est mineur. Au début de l’été 1387, le duc de Bretagne convoque Olivier de Clisson comme toute la noblesse de Bretagne à un parlement à Vannes où il le fait jeter au cachot. Histoire de Charles VI. Si la force des piquiers est leur puissance d'impact frontal, leur faiblesse est la difficulté à manœuvrer pour faire face à une attaque de flanc ou à revers. Les liens économiques qui lient les Gantois aux Anglais, qui produisent la laine utilisée par les drapier flamands, amènent van Artevelde à tenter de faire jouer l'alliance anglaise nouée par son père au début de la guerre de Cent Ans[18]. Il organise la défense du duché en nommant des gouverneurs du pays de Flandre : Guy de Pontailler, son maréchal, et Jean de Ghistelle, représentant d'un grand lignage flamand[40]. Il peut compter sur les piquiers flamands qui, à l'image des phalanges grecques, utilisent l'inertie collective pour renverser les fantassins adverses et leurs longues lances fichées dans le sol pour briser les charges de cavalerie. N'ayant que 12 ans, ce sont ses oncles Louis de Bourbon, Louis 1er d'Anjou, Jean de Berry et Philippe de Bourgogne dit "le … On propose à Charles VI la main d'Isabeau de Bavière (qu'il a choisie sur portrait entre trois prétendantes de la maison de Bavière[49]), le jeune roi est immédiatement séduit et se marie quelques jours à peine après avoir fait sa connaissance à Amiens. mort de charles vi. Gravelines négocie sa reddition pour 15 000 florins. De fait quand Olivier de Clisson libéré vient demander justice à Charles VI, ceux-ci lui font mauvais accueil[53]. Mort de Charles VI. Charles VI souffrit d'une indigestion après avoir mangé un plat de champignons sautés, ce désagrément mua en une maladie qui provoqua, dix jours plus tard, la mort du souverain. Guillaume de Julliers ne reçoit pas les renforts anglais escomptés, mais il peut compter sur les marais qui avec les pluies d’automne vont enliser l’armée française. Les rangs flamands se désorganisent et, cernés, sont complètement écrasés par la contre-attaque[23]. Regardez bien les traits de ce gisant. Les oncles du roi évincent les conseillers de Charles V et se partagent la régence et donc les recettes fiscales, jusqu'en 1388. La date et le lieu ne sont pas anodins : Charles VI a été sacré à Reims le 4 novembre 1380. L'infant Charles épousa la fille d'Auguste III de Pologne, le vainqueur de Stanislas, et alla régner sur le royaume de Sicile et de Naples. Dès lors le couple est très uni, et bien qu'elle n'ait pas même 20 ans, Charles lui cède la régence de ses possessions espagnoles tandis qu'il mène ses troupes au combat. L'importance de cette aide est laissée à l'appréciation des villes et les entrées fiscales sont très en deçà du train de vie de l'État et des principautés des oncles. Après plus de six ans de guerre, les Flamands sont las. L'apprenant, Henri Despenser lève le siège d'Ypres et se replie sur Bergues et Bourbourg. Le fracas réveille Charles, qui entre alors dans un état de folie frénétique. Prévoyant la possibilité que son fils ne soit pas assez âgé pour gouverner, il met en place un système pour que ses frères ne puissent accaparer le pouvoir. C'est Paris qui en profite, retrouvant le chemin de la prospérité en moins de deux ans[31]. Almanach, événements 21 octobre, éphéméride du 21 octobre, événement du jour. Début de la reconquête du royaume. Parmi eux, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi concentre les pouvoirs. Charles VICharles's first known fit occurred in 1392 when his friend and advisor, Olivier de Clisson, was the victim of an attempted murder. ». Pour d'autres, la consanguinité entre les parents du roi (Charles V n'était autre que le petit-cousin de son épouse Jeanne) pourrait être également à l'origine de ses troubles psychiatriques, ainsi que de la fragilité de ses frères et sœurs, de sa mère Jeanne de Bourbon étant sujette à des crises de psychose amnésique, de son oncle Louis de Bourbon ayant souffert de « mélancolie » et de son trisaïeul Robert de Clermont ayant manifesté des signes de folie[70]. Charles VI accorde alors son pardon[30]. La folie primitive de Charles VI le dingo fait des petits. Ces symptômes semblent correspondre à un syndrome phalloïdien. Il dégaine son épée et crie au complot en attaquant son escorte. Le Languedoc est puni en bloc : consulats et capitoulas sont mis en la main du roi et une amende de 800 000 francs est demandée. En outre l’année 1422 est marquée par la mort du roi Les choses s'aggravent en 1382, quand Louis d'Anjou comprend les difficultés qu'il y avait à gérer les affaires de France et voit l'occasion d'être roi en Italie après son adoption par Jeanne II de Naples aux abois. C'est au cours d'une chasse en 1732 que l'empereur tua accidentellement le prince de Schwarzenberg. Entre le roi et ses sujets du Midi des liens sont enfin noués[32]. Les Anglais saccagent Gand le 20 mai 1383 et s’attirent l’inimitié des Flamands dont le comte est pourtant urbaniste. Cet assassinat est à l'origine de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons qui s'achèvera par la victoire des premiers puis l'annexion du duché de Bourgogne au domaine royal en 1477. Son oncle, le puissant Jean de Lancastre, a plutôt des visées en Espagne et se désintéresse rapidement d'une alliance aux Pays-Bas. part les rivalités franco-anglaises trouvent en ce début du XVe siècle un nouvel élan et le Nord de la France se trouve en partie sous la domination anglaise (Normandie, Bassin parisien, Somme…). Charles VI « le Fou » ou « le Fol » comme il a été surnommé au XIXe siècle[1] (né à Paris le 3 décembre 1368 et mort à Paris le 21 octobre 1422), est roi de France de 1380 à 1422. Guillaume de Juliers, duc de Gueldre, est un jeune et hardi prince qui s’est fait leur champion[54]. Quatre autres danseurs périssent. Celle-ci est acceptée par le Parlement anglais le 23 février 1383[36]. On négocie l'abandon de l'impôt et une amnistie mais pour faire bonne figure le roi fera exécuter quarante Maillotins que ses hommes ont saisis, la ville devant implorer le pardon royal. Les princes germaniques ne voient pas d'un bon œil les avancées françaises en terre d'Empire, mais d'une part il existe une forte rivalité entre leurs marins et marchands et ceux de Gand ou du royaume anglais et, d'autre part, les princes germaniques sont à la recherche d'alliances puissantes susceptibles de faire basculer l'élection impériale dans leur clan. Charles … Arteveld est tué, l'esprit de la rébellion est brisé. Sa minorité est troublée par les querelles des ducs d'Anjou, de Bourgogne, de Berry et de Bourbon, ses oncles, qui se disputent le pouvoir et s'enrichissent sur le dos de la population accablée par le rétablissement d'anciens impôts en janvier 1382. Ces dernières sont possédées par des familles proches du roi et reviennent à la couronne en l'absence d'héritier mâle, ce qui évite d'en perdre le contrôle après un mariage. L'horloge que les Dijonnais ont dénommée Jacquemart arriva à Dijon dans les premiers mois de 1383. Il est le cinquième roi de la branche dite de Valois de la dynastie capétienne. Les seigneurs dépensent beaucoup d'argent pour les entretenir, sans résultat. Charles III de Habsbourg, en allemand Karl von Habsburg (né le 1er octobre 1685 à Vienne - mort le 20 octobre 1740 dans la même ville), est empereur du Saint-Empire romain germanique sous le nom de Charles VI et roi de Hongrie sous le nom de Charles III (1711-1740). Leur contrôle permettrait d'élargir notablement sa principauté. Histoire France, Patrimoine. En particulier en terres d'Empire, les villes du Dauphiné ou du comté de Bourgogne (future Franche-Comté) recourent depuis Saint Louis à la justice royale pour régler des litiges. Après avoir remis l'oriflamme à Saint-Denis, le 10 janvier, le roi fait son entrée dans la capitale le jour suivant. Le pays rechigne à l'accepter et les états sont de nouveau réunis en février 1381. Ce sont ceux d'un roi affaibli. Si Charles dut renoncer à ses prétentions au trône d'Espagne et à l'empire colonial espagnol en 1714 par le traité de Rastatt, il parvint néanmoins à conserver le royaume de Naples (1714), le royaume de Sardaigne, qu'il échangea contre le royaume de Sicile (1720) — possessions qu'il échangea en 1738 contre le duché de Parme et le grand-duché de Toscane (il confia alors le grand-duché à son gendre François de Lorraine) — ainsi que les Pays-Bas espagnols dont il confia la régence à sa sœur Marie-Élisabeth. Les principaux meneurs du complot sont arrêtés et les trois plus importants sont décapités. L'expédition française de 1382 soutenue par l'antipape Clément VII et la bataille de Roosebeke qui restaure l'autorité du roi de France sur la Flandre mettent en péril le commerce de la laine anglaise et la fiscalité pontificale romaine. Le 3 novembre 1388, au retour d'une expédition contre le duc de Gueldre, Charles VI convoque le Conseil du roi et remercie ses oncles pour les services qu'ils lui ont rendus : il a vingt ans et il prend le pouvoir. Son règne fut marqué par les questions liées aux querelles de succession des dynasties européennes tandis que la sienne allait ouvrir un conflit généralisé. Enfin, la plus fervente ambassadrice d'une stabilisation des Pays-Bas sous influence française est la duchesse Jeanne de Brabant. Les Anglais sont liés (relativement mollement dans les faits) aux Luxembourg par le mariage de Richard II avec Anne de Bohême ; dès lors, il est logique pour les Wittelsbach de rechercher l'alliance française[48]. Un examen paléopathologique suggère un diagnostic rétrospectif de bouffée de délire paranoïaque, puis de schizophrénie (Deblauwe (2013) étaye cette dernière hypothèse de façon détaillée[63]). A la mort de son père, Charles V, étant encore mineur, ce sont ses oncles… Bergues est enlevée par les Français le 8 septembre. Il bénéficie à ce sujet des conseils d'hommes d'affaires parmi lesquels Dino Rapondi tient le premier rang. De longue date, Olivier de Clisson est serviteur de l’État plutôt que des princes, ce qui en fait l’allié du roi de France et l’ennemi du duc de Bretagne qui y voit l’instrument de l’ingérence française dans les affaires bretonnes permettant potentiellement de retourner une partie des troupes bretonnes contre le duché[51]. Le traité de Vienne termina cette guerre en 1735, donnant la Lorraine et le Barrois à Stanislas en dédommagement de sa couronne polonaise, tandis que la Toscane où mourait le dernier des Médicis et le duché de Parme et de Plaisance où régnait l'infant Charles d'Espagne, successeur du dernier des Farnèse, revenaient à François III de Lorraine et de Bar qui renonçait à ses duchés héréditaires ; il était enfin autorisé à épouser l'archiduchesse héritière Marie-Thérèse, concrétisation d'une longue aspiration des deux fiancés. Philippe le Hardi organise un cérémonial appliqué une première fois à Rouen mais amené à se renouveler dans toutes les villes qui se sont rebellées. Tout mariage des enfants ne peut se faire qu'après accord d'un conseil de tutelle comprenant les frères de Charles V, son cousin, Louis II de Bourbon et la reine[2]. Henri V, roi d'Angleterre, profitant de ces troubles, arme contre la France : il remporte la bataille d'Azincourt en 1415 et s'empare de la Normandie.